Marrakech, ville de milles et un conte...



Marrakech, (prononcez en arabe Marrak'che), est longtemps restée la rivale sudiste de Fez en tant que capitale impériale. Marrakech s'étend sur une vaste plaine - "du Haouz" - encerclée par sept kilomètres de murailles rose-rouge en "tabiya",un mélange de sable rose local et de chaux. Cette couleur couvre les monuments de cette ville ainsi que ses habitations anciennes et modernes, ce qui vaut pour la ville comme surnom "Al Hamra" (la rouge)..


Les remparts furent érigés en 1126/27, pour remplacer la barrière de ronces qui protégeait le premier campement almoravide. Les premiers sujets almoravides incluaient des tribus de l'Atlas, des nomades du Sahara, diverses peuplades africaines et maghrébines vaincues ainsi que d'anciens esclaves noirs affranchis. Le visiteur remarquera que les habitants de Marrakech sont en moyenne de couleur plus en foncée que les habitants des autres villes marocaines, en dehors de la population noire cela s'entend.

Ainsi, Marrakech est "la plus africaine" de toutes les autres grandes cités du Maroc ; une africanité qui dépasse les confins du Sahara occidental marocain pour s'étendre à Tombouctou, à Dakar, à la guinée, etc.

Par ailleurs, le site naturel de Marrakech est d'une beauté à couper le souffle : Située dans une immense plaine gagnée sur le désert grâce à la ténacité des hommes, avec en toile de fond Le majestueux Haut Atlas, la plus grande chaîne de montagnes du Maroc, aux sommets enneigés et avec comme ceinture une palmeraie aux milles et un palmiers... Un décor qui en a enivré plus qu'un.



De toutes les villes impériales marocaines, Marrakech est sans doute celle dont le nom évoque le plus l'exotisme, le dépaysement et l'enchantement. Ville chargée d'histoire, Marrakech n'est sûrement pas une ville quelconque, anodine. Tout y est en effet original, excitant, envoûtant même diront d'autres : son site, sa population hétéroclite et connue pour un sens de l'humour épatant, son artisanat souvent rival de la belle Fez au nord du Maroc, les artistes internationaux qui en sont tombés amoureux et qui y vivent en tout anonymat, sans oublier ses si beaux Riads que le monde entier s'arrache ...



La ville a su garder intacts beaucoup de ces petites choses qui avaient façonné son visage et qui continuent à survivre hors du temps. D'abord son artisanant ; des chefs-d'oeuvre qui naissent des doigts et des mains des artisans Marrakchis : cuir tanné à l'ancienne, travail du fer forgé exporté partout dans le monde, habits traditionnels marocains, lampes traditionnelles en peau de mouton aux formes artistiques, pouffes brodés, tapis majestueux, etc.
Les caravanes, qui jadis assuraient un commerce florissant avec l'Afrique noire, avaient l'habitude d'y faire escale à la recherche d'un repos réparateur avant la grande traversée du Sahara. L'ingéniosité et l'opiniâtreté des hommes ont fini par trouver une solution à la rareté de l'eau. Des khittaras (ou réservoirs) souterrains y emmagasineront l'eau et empêcheront l'évaporation du précieux liquide, qui fait vivre une immense palmeraie protégeant des remparts ocre qui, de leur côté, entourent la "médina ou ville traditionnelle".

 

Un peu d'histoire...

En 1053, de retour d'un pèlerinage à La Mecque, Yahia Ibn Ibrahim chef d'une tribu de nomades berbères, les Sanhadja aux visages voilés, demande à un maître spirituel, Abdallah Ibn Yassin "d'enseigner" à son peuple. Ils se retranchèrent dans un ribat "couvent fortifié", en plein désert, pour "bénéficier" d'une formation religieuse, morale et militaire, qui vont les transformer en de redoutables soldats, inimitables stratèges et pieux gouvernants. En 1054, "les gens du ribat" Al-Mourabitoun, (nom francisé en Almoravides) font naître un puissant empire, en prenant une riche cité caravanière : Sijilmassa. En 1056, Abou Bakr, commandant des armées Almoravides prend Taroudant, puis franchis l'Atlas et s'empare d'Aghmat. En 1062, Abou bakr installe un vaste camp militaire dans la plaine du Haouz, c'est l'embryon de Marrakech.

Rapidement Youssef Ibn Tachin (Youssef Ben Tachfine) évince Abou Bakr, dont il était le lieutenant et s'institue commandeur des croyants et fonde Marrakech, qui sera la seconde capitale historique du Maroc.
Très vite Marrakech, sous l'impulsion des Almoravides, hommes pieux et austères devint un important centre commercial, culturel et religieux pour l'ensemble du Maghreb, l'Andalousie et une partie de l'Afrique noire. Le fils de Youssef Ibn Tachfine, Ali Ben Youssef, fortifia la ville en dressant des remparts sur plusieurs kilomètres, et, en édifiant des mosquées et des médersas (écoles) qui subsistent encore de nos jours. L'Espagne musulmane exerça une grande influence sur l'architecture de la ville et vice-versa, Les deux dépendant du même Empire :celui marocain.

 

Né dans un petit village berbère de l'Anti-atlas, Mohammed Ibn Toumert étudie la théologie en voyageant dans le monde Musulman pendant dix ans. En 1125 il installe à Tin Mal (Tinmel), dans le Haut Atlas, un ribat pour prôner un rigorisme intransigeant. La dynastie des Almohade (AlMouahidine les unificateurs) était presque née. A Marrakech, il trouble les théologiens officiels, il se présente comme le mahdi (l 'envoyé de Dieu), et ses prêches enflammés contre les Almoravides. Avec l'aide des tribus Masmouda du Haut Atlas et du Sous, il organise une coalition avec toutes les oppositions aux Almoravides et en 1130 il tente une première invasion de la capital, qui échoue et la moitié des dirigeants Almohades périrent.

Quelque mois plus tard, Ibn Toumert décède, sa mort fut cachée pendant deux ans, le temps de mettre en place le nouveau commandeur : Abd El Moumen fût désigné officiellement comme chef du mouvement Almohade, et prit le titre de Calife et s 'empara méthodiquement du Maroc. Cela lui prit plus de dix ans. Au printemps 1147, après un long siège, il prit Marrakech et instaura le règne des Almohade.

La dynastie Almohade entreprit l'agrandissement et l'embellissement de Marrakech. Yacoub AL MANSOUR entreprit la finition de la construction de la mosquée et du minaret de la Koutoubia, un des plus célèbres monuments du monde islamique, et qui est, pour Marrakech, ce qu'est la Tour Eiffel pour Paris. La ville connaissait alors sa période de prospérité et de gloire. De nombreux écrivains et poètes venus d'Andalousie et d'ailleurs, attirés par l'intense activité culturelle et artistique, contribuèrent par leurs écrits à son rayonnement.
Entre Taza, Tlemcen (1) et le Figuig, dans les steppes orientales, la tribu Zénète (berbères des hauts plateaux, nomades éleveurs de chameaux et de moutons), unie à celle des Beni Mérine (les Mérinides) menés par un chef énergique en la personne d'Abou Youssef Yâacoub, n'acceptent pas les défaites successives et occupent tout le nord du Maroc.

Ils s'assurent ensuite le contrôle des routes caravanières du sud et prennent Sijilmassa et les oasis de la vallée du Drâa. Ce n'est qu'en 1269 qu'ils prennent Marrakech, mettant définitivement fin à la dynastie Almohade. Abou Youssef Yâacoub se proclame alors sultan et établit sa capitale à Fez El-Jédid.

L'avènement des Mérinides eût des conséquences désastreuses sur Marrakech qui se voyait abandonnée par ses savants et artisans et délaissée au profit de Fez, sa rivale de toujours.


(1)Rappelons que Tlemcen actuellement algérienne, faisait partie à l'époque de l'Empire Chérifien du Maroc.

Ci-contre la Mosquée de La Koutoubia


Au début du XVI siècle, les armées chrétiennes font pression sur le sol Marocain. Cela suscite un profond renouveau du sentiment religieux. Une famille originaire d'Arabie, descendant du Prophète, les Saadiens, s'est implantée dans la vallée du Draa, organise une véritable guerre sainte contre l 'envahisseur Chrétien.

Ils trouvent leur chef dans El Kaïm et mènent de front reconquête des enclaves Portugaises sur le sol marocain et conquête du pouvoir. Ils s'emparent de Marrakech en 1525.

En 1551, le Sultan Saâdien, Mohamed Al Mahdi , dont la dynastie régnait entièrement sur le Maroc depuis 1529, installa sa capitale à Marrakech. La ville ocre put ainsi renouer avec ses fastes d'antan.
En effet, les Saadiens en grands bâtisseurs, restaurèrent les monuments tombés en ruine et édifièrent de somptueux palais, notamment le palais "Badi" construit par le Sultan Ahmed El Mansour Ed-Dahbi dit le victorieux doré, victorieux puisqu'il put battre le fort Royaume portugais lors de la bataille des trois Rois, doré en raison du commerce de l'or qu'il entretenait avec le Soudan.
Bien que complètement abandonné de nos jours, le palais "Badi" serve de cadre au célèbre et traditionnel Festival National du Folklore qui réunit, en juin de chaque année, les meilleures et nombreuses troupes folkloriques venus des quatre coins du Maroc du Maroc.

Sous le règne du sultan Ahmed El Mansour Ed-Dahbi , Marrakech atteint l'apogée de sa gloire.

Mais de nouveau, une autre dynastie, l'actuelle Dynastie Alaouite, succéda aux Saadiens et le Sultan Moulay Ismaïl, contemporain de Louis XIV, entreprit la construction d'une nouvelle capitale, Meknès, dans le but d'en faire une "Versailles" marocaine.

L'instauration du protectorat français sur le Maroc, en 1912, consacra l'émergence de Rabat comme capitale administrative du pays marquant définitivement la fin du caractère impérial contemporain de la ville.

Malgré les péripéties de l'histoire, Marrakech a profondément marqué la vie du Maroc des siècles durant, au point que les étrangers appelaient le Maroc, Royaume de Marrakech. On dit d'ailleurs que le mot "Maroc" est une déformation du nom de cette ville somptueuse.

source http://www.chez.com/elaouadi/marrakech.html

Vous ne manquerez pas de vous arrêter à Bab El Sebbagh qui est la porte aux cinq coudes donnant accès au quartier des tanneurs. Il se situe en plein est de la Médina (les vents chassant les effluves hors de la ville), assez loin du fourmillement des souks en raison de l'odeur nauséabonde qui se dégage du lieu et également de la proximité de l'Oued Issil offrant l'eau à l'activité.Ce n'est pas si simple de trouver le lieu proprement dit et il vous faudra peut-être faire appel à un gamin du quartier qui se fera un plaisir de vous y conduire.


La préparation des peaux est immuable depuis des décennies (on dit que rien n'a changé depuis le Moyen-Age). On y travaille la vache, l'agneau, le mouton, la chèvre, le dromadaire. Tout d'abord, les peaux sont maintenues dans de la chaux pour que tous les poils tombent (première odeur forte à supporter) puis, on les lave et on les met pendant plusieurs semaines dans un bain très spécial composé d'urine d'animaux, de fiente de pigeon (c'est sans doute cette odeur qui est la plus insupportable). Ce bain est indispensable pour assouplir les peaux. Puis lavage dans des bassins composés d'écorce et de fleurs pour chasser les odeurs. Pour votre passage au milieu des tanneurs, il vous est conseillé de prendre de la menthe et de vous la mettre dans le nez. Ce n'est pas efficace à 100% mais c'est mieux que rien. Sinon, prévoyez un mouchoir avec votre parfum préféré. Faites également attention à la boue ; nous déconseillons les chaussures à talons pour les demoiselles.

Vous remarquerez également le travail des jeunes qui piétinent jambes nues les peaux, passant de cuves en cuves (confectionnées dans de la pierre brute ou recouverte de plâtre) pour les différentes phases de la préparation. On dit que le travail est assez bien payé mais nous aurions été surpris du contraire ; il faut réussir à supporter l'odeur et la chaleur. Une fois les bains effectués, les peaux sont mises à sécher et partiront très vite chez les artisans qui découperont et confectionneront sacs, bagages, vêtements, bibelot, etc..

Nous vous conseillons la visite tôt le matin car l'activité cesse en début d'après-midi...